CONTACT

Un avis ou une question sur notre expédition? On se fera un plaisir de te répondre et de partager avec toi. Tu peux également nous joindre sur Facebook et sur Instagram.

-

If you have any question or feedback, we would love to hear from you. You can also reach us on Facebook and Instagram.

           

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

Achat du van

ACHETER UN VAN

Elise Ghaye

Choisir un van ça revient à choisir un nouvel appartement, c’est le véhicule qui vous servira de maison pendant tout votre périple. Une décision d’une importance capitale qui déterminera votre vie sur la route.

Sans avoir la prétention d’être des experts en la matière, l’idée est ici de partager notre vécu et les étapes par lesquelles nous sommes passées lors de notre recherche d’un bolide nous permettant de traverser le continent américain.

De notre côté, nous nous sommes directement tournés vers les vans Volkswagen d’époque, c’est pourquoi nous n’évoquerons que ceux-ci dans l’article suivant. Ils se déclinent en trois catégories : T1/T2/T3

famille.png

T1 Split (1950-1967) :

Mêmes phares ronds, même position du moteur (à l’arrière) que sa petite soeur la Coccinelle, le T1 (nommé “Combi” en français)  est facilement reconnaissable avec son museau en V, son pare-brise en papillon et sa double porte latérale. A l’origine du nouveau type de nomadisme initié début des années 60, l’intérieur est sobre mais confortable.

T2 Bay Window (1968-1979) :

Symbole de toute une génération, le T2 est une véritable figure emblématique du mouvement hippie. Profitant de presque 20 ans d’évolutions techniques et d’un design épuré dont la renommée n’est plus à établir, son statut de véhicule de collection (comme son prédécesseur) fait grimper les prix et les puristes se l’arrachent. A l’intérieur, même recette : simple, efficace et astucieux. Vitesse de croisière : 80 km/h.

T3 Transporter (1980-1989) :

Véritable trait d’union entre deux générations, le T3 est le dernier van Volkswagen à l’ancienne. Ses lignes carrées et l’abandon des phares ronds pour les dernières versions marquent une rupture avec la lignée mythique de l’époque. Plus solide et mécaniquement plus fiable que ses ancêtres, le T3 jouit d’un excellent rapport qualité/prix, du moins pour un petit temps encore. C’est sur ce modèle que notre choix s’est porté.

 

DENICHER LA BONNE AFFAIRE

Depuis quelques années, la recrudescence de l’engouement pour les T3 a fait de ce véhicule une espèce plutôt convoitée. Cependant, l’importante offre couplée à la multitude des modèles font que l’achat d’un T3 reste relativement accessible financièrement. Jusqu’il y a peu délaissé, c’est peut-être le moment d’investir dans un T3 avant que les prix n’explosent.

Lors de la recherche d’un véhicule de plusieurs dizaines d’années, la prudence est néanmoins de mise. D’une manière générale il est préférable de se méfier des annonces trop alléchantes. Nombreux sont les T3 qui présentent bien mais qui ont souffert de la répétition d’hivers rigoureux et d’une utilisation intensive sur la route.

 
 

UN VEHICULE POUR FAIRE QUOI ?

De la même façon que lorsqu’on est à la recherche une maison il est important de trouver un van qui répond à vos besoins et à votre mode vie. Dès lors la question de l’utilisation de votre futur nouveau compagnon de route se pose.

Comptez-vous partir seul, à deux, en famille? A quelle fréquence et dans quel genre d’environnement?

Si elles paraissent évidentes, toutes ces questions vous permettront d’orienter vos recherches et de fixer le modèle de votre choix dans la multitude d’options envisageables.

article01c.jpg

Nous avons opté pour un T3 Westfalia California High Top. Environ 4 m 50 de long, 1 m 85 de large et 2 m 70 de hauteur, notre T3 est à la croisée entre le camping-car et la voiture. Passe-partout tout en ayant la possibilité de se tenir debout à l’intérieur, ce type de van se fond dans le paysage en toute discrétion et ses proportions raisonnables nous permettrons dans la plupart des cas d’éviter les problèmes de parking. Totalement équipé à l’intérieur, nous avons réalisé quelques aménagements extérieurs et intérieurs que nous détaillerons dans un autre article.

Comme dans l’immobilier, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets. Et le moins que l’on puisse dire c’est que choisir un van quand on n’y connait rien et qu’on possède des connaissances mécaniques limitées à celles posées dans les questions lors du permis théorique, c’est assez compliqué.

 

QUELQUES QUESTIONS A SE POSER AVANT L'ACHAT

Quel est mon budget ? / Quel est l’état du véhicule ?

La première étape est d'estimer l’argent que vous êtes prêts à investir dans votre future maison sur quatre roues. En effet, après quelques recherches sur le net vous vous rendrez compte assez rapidement que l’offre est diversifiée et que les prix peuvent varier du gros millier d’euros à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Un conseil : prévoyez large, très large.

Le prix dépendra souvent de l’état dans lequel se trouve le véhicule en vente. Et c’est également un des premiers choix que vous allez devoir faire.

Concernant l’intérieur de votre futur van, si vous n’avez pas la main bricoleuse et que vous êtes impatients vous opterez pour un van “prêt à partir” avec tous les aménagements déjà en place. Cela vous coûtera généralement plus cher à l’achat mais les frais seront normalement plus limités par après et vous économiserez des semaines/mois/années d’aménagement intérieur et de parties de Tetris. Si vous avez en tête l’aménagement de vos rêves, que vous préférez le noyer plutôt que le contre-plaqué de base et que vous êtes prêts à vous lancer dans un des plus grands casse-tête de votre existence alors vous commencerez à chercher des vans avec une carcasse vide et saine.

Saine : le mot d’ordre de votre première quête westfalienne. Si la mécanique de ce genre de véhicule est relativement simple et réparable dans beaucoup d’endroits, il est une chose qui sera beaucoup plus compliquée à rafistoler : la rouille. Ne perdez pas de vue que les vans que vous recherchez ont pour la plupart trois décennies de road-trips et d’intempéries dans les jantes. La rouille et la corrosion sur la carrosserie seront vos pires ennemis lors de votre prospection car la seule façon d’arranger une tôle pourrie c’est de la découper et d’en ressouder une autre. Bon courage. En résumé, il vaut mieux une carrosserie saine avec un moteur explosé que l’inverse.

De manière générale connaitre l’historique du véhicule que vous achetez est primordial. En consultant les documents du véhicule et les factures des dernières réparations, vous optimiserez l’anticipation des futures dépenses. Pourquoi la personne vend-elle son van? Est-elle le premier propriétaire du véhicule? L’a-t-elle bien entretenu? Des questions auxquelles vous voulez des réponses. Croyez-nous, vous ne voulez pas partir avec un véhicule maltraité.

 

5 conseils quand on inspecte un van :

  1. Vérifier la rouille dans les endroits stratégiques (voir ci-contre)
  2. Inspecter le van de jour et par temps sec (la pluie peut masquer certains défauts de carrosserie).
  3. Se méfier des peintures récentes (comme le maquillage par-dessus un bouton, elles servent souvent à masquer de pas jolies choses). En cas de repeinte par un professionnel, demander les factures.
  4. Demander au vendeur de ne pas démarrer le moteur avant votre arrivée, pour que vous puissiez le faire vous-même et à froid (si ça fait “claclaclac” c’est mauvais signe).
  5. Passer toutes les vitesses, y compris la marche arrière, lorsque vous essayez le véhicule et vérifier qu’aucune d’elle ne saute.
 

Où chercher ?

C’est bien beau d’être bien conseillé pour inspecter un véhicule, encore faut-il savoir où chercher. De manière générale, l’Allemagne qui est la terre natale de toutes ces mythiques fourgonnettes dispose de l’offre la plus importante sur le vieux-continent. En tant que belges, nous jouissons d’une position géographique assez centrale en Europe et nous avons donc étendu nos recherches aux Pays-Bas et à la France. La façon la plus répandue de faire ses recherches demeure l’option 2.0 qui vous fera économiser beaucoup de kilomètres et d’essence. Néanmoins, comme sur la plupart de sites d’annonces et de vente en ligne : on trouve de tout et à tous les prix. Prudence et patience. N’oubliez pas la solution Facebook : de nombreux groupes de passionnés existent et plusieurs d’entre eux sont consacrés à la vente/l’achat de vieux vans Volkswagen.

Une attention particulière sera portée à la période de l’année pour la recherche d’un van. En effet, en automne et en hiver peu de monde pense à acheter un van, cela peut être l’occasion de faire une bonne affaire mais les offres sont moins nombreuses. Au début du printemps, les gens ont la bougeotte et les annonces bourgeonnent sur internet.

Il existe également des vendeurs spécialisés dans la vente de ce genre de véhicules tels que le garage T3 Busjes de Tom Laureyns à Gand en Belgique. C’est là que nous avons trouvé notre bonheur après des mois de recherches et de faux-pas. Un accueil cordial, plusieurs dizaines de véhicules à vendre, un service et des conseils professionnels. Le tout couplé à la deadline de notre départ approchant à grands pas, notre choix a été vite fait.

Une fois sur la route, ne vous inquiétez pas si on vous fait des appels de phare et des signes de la main. C’est normal, vous venez de rejoindre la communauté des heureux propriétaires d’un van Volkswagen.