CONTACT

Un avis ou une question sur notre expédition? On se fera un plaisir de te répondre et de partager avec toi. Tu peux également nous joindre sur Facebook et sur Instagram.

-

If you have any question or feedback, we would love to hear from you. You can also reach us on Facebook and Instagram.

           

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

Articles-FR

PREMIER MOIS EN VAN

Elise Ghaye

Voilà plus d’un mois maintenant que je suis sur la route et que je vis dans un van. L’idée de base de ce voyage ne vient pas de moi, mais elle m’a tout de suite plu. Partir à l’aventure, pouvoir se déplacer d'un bel endroit à un autre, ne pas se soucier du lendemain, juste vivre au jour le jour et réaliser uniquement des choses que l’on aime. Cela fait rêver non ? Et pourtant.

Québec / Juin 2017 - iPhone7

Québec / Juin 2017 - iPhone7

Personnellement, j’en ai rêvé pendant deux ans ! Deux années de sacrifices où j’ai beaucoup travaillé et où ma to-do-list s'agrandissait au fur et à mesure que le jour du départ approchait. Car il y a toujours des choses à faire. J’ai toujours eu cette phrase en tête qui me motivait “Tu pourras bientôt profiter et tu n’auras bientôt plus aucune obligation ni aucun compte à rendre à personne”. Et bien cela fait maintenant un mois que je réalise enfin ce projet tant attendu, qui me semblait si loin et inaccessible.

Étonnamment, ce départ n’est pas aussi facile qu’il en a l’air. Je ne parviens pas encore à m’adapter et à profiter de ce changement de vie radical. Et pourtant tout le monde me dirait “Mais profite ! Après tous les sacrifices que tu as fait, tu le mérites amplement. Déconnecte. Tu réalises enfin ton rêve”. Et bien lâcher prise n’est pas si facile que ça, vous savez. Déconnecter et ne penser rien le temps de deux - trois semaines de vacances, ça, c’est à la portée de tout le monde ou presque. On le fait tous plutôt assez bien !

“Tu pourras bientôt profiter et tu n’auras bientôt plus aucune obligation ni aucun compte à rendre à personne”.
La Péninsule de Bruce / Juillet 2017 - iPhone7

La Péninsule de Bruce / Juillet 2017 - iPhone7

Mais tout quitter, changer ses habitudes du jour au lendemain et perdre instantanément tous ses repères ça, c’est un challenge. Ne pas connaître l’emploi du temps du lendemain, n'avoir aucune deadline, aucun horaire à respecter, ... toutes ces choses qui paraissent horribles quand on vit dans une routine et dont on aimerait se débarrasser, m’allaient plutôt bien au final.

Je m’étais habituée à rédiger ces to-do-list aussi longues les unes que les autres. Et barrer chaque tâche une fois réalisée m'apportait une telle satisfaction. Parfois je faisais quelque chose qui ne se trouvait pas sur ma liste et après l’avoir faite, j’inscrivais la tâche avant de la barrer directement. Et je me sentais fière, une chose en plus de faite.

Cette course à la productivité est fascinante. Toujours en faire plus, le plus vite possible, prendre de l’avance et ne surtout pas être en retard sur son planning sinon la nuit ne sera pas bonne. Ce sentiment de nullité, de mal-être lorsque on ne fait pas, qu’on ne réalise pas ce qu’on avait prévu de faire. Je vivais beaucoup dans le futur. “Quand j’aurai fait ça, je me sentirai mieux. Une fois que ce sera derrière moi, ça ira mieux”.

Mais c’est un cercle vicieux car en fait tu n’es jamais vraiment satisfait où fière de toi. Ou peut être le temps de quelques minutes, quelques heures. Mais la liste ne s’arrête jamais, une tâche vient toujours en remplacer une autre. Et tu te demandes sans arrêt quand est-ce qu’elle va s’arrêter. Je vivais aussi beaucoup dans le passé. “Qu’est-ce que c’était bien l’unif, tu ne devais te soucier que de tes cours. Les vacances d’été, ça c'étaient de vraies vacances. Ce serait tellement cool de pouvoir retourner à cette époque, je suis si nostalgique. Te souviens-tu du séjour en Provence ? On était si bien”.

 

“Quand j’aurai fait ça, je me sentirai mieux. Une fois que ce sera derrière moi, ça ira mieux”.

 

Bon ok, c’est vrai, j’ai une fâcheuse tendance à idéaliser le passé. Comme une impression que c’était mieux avant. Il m'arrive parfois de repenser à des expériences passées et de les vivre plus intensément que sur le moment même.

Profiter de l'instant présent. Quelque chose qui paraît si simple et en même temps si compliqué. Suis-je la seule à avoir ce problème ? A avoir cette mauvaise habitude de me projeter constamment dans le futur, de programmer mes prochaines vacances, de comparer ma vie à celle des autres, de me questionner sur mon avenir professionnel et personnel ? Pourquoi est-ce si compliqué de se contenter de ce que l'on vit sur le moment ? Quand on est dans cette spirale du métro-boulot-dodo et qu’on ne trouve pas sa place, ce n’est pas évident de juste être. On aimerait devenir !

En quittant la Belgique, je m’attendais à être la plus heureuse du monde, à rigoler et à m'émerveiller de tout. Mais non, ma tête s’est mise à penser constamment et intensément. “Qu’est-ce qui m’a amené ici ? Pourquoi ai-je tout quitté ? Pourquoi tous ces paysages ne me comblent-ils pas ? Pourquoi je n’arrive pas à profiter et à me sentir bien ?”. Toutes ces mauvaises habitudes qu’on ne penserait pas avoir si on avait le temps de faire autre chose, ne sont finalement pas si faciles à perdre.

 

"Ce n’est pas évident de juste être. On aimerait devenir".

 

Le début de réponse que j’ai trouvé pour le moment c’est le changement et la perte de repères. Je ne sais pas où je vais et ça m’angoisse. J’ai peur parce que je ne contrôle plus grand chose. Les premiers jours, je n’avais qu’une envie : faire une to-do-list, savoir ce qu'on allait visiter le lendemain, ne pas oublier de faire la liste des courses pour ne manquer de rien, lire mes mails, consulter l'actualité, ... Je me suis vite rendue compte que je me sentais complètement perdue sans mes obligations quotidiennes et que ma pire angoisse était aussi brutale qu'inattendue : avoir enfin du temps, du temps pour penser.

Les Mille-Îles / Juillet 2017 - iPhone7

Les Mille-Îles / Juillet 2017 - iPhone7

A l'heure où j'écris cet article je commence à profiter de cette aventure qui ne fait que débuter. La transition est lente et plus compliquée que prévue et c'est seulement maintenant que j'accepte ce mode de vie. Bien sûr, ce premier mois en van n’aura pas été horrible, loin de là. Tout grand changement requiert un certain temps d'adaptation et les choses se passent rarement comme on les imagine. Et c'est tant mieux.

Elise.